Send us a private message
(your email will never be shared)

Judith / Madrid

Juriste

Judith vit à Madrid et vit profondément sa ville. Profondément attachée à la ville après une enfance parfois isolée, elle l'explore et la parcourt avec bonheur.
Ancrée dans son réseau, humain et cellulaire, Judith croit en ce que chacun d'entre nous pouvons apporter à la communauté qui nous entoure, et à la responsabilité collective pour satisfaire les besoins de chacun. 

Famille & Enfance   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

PARLE-MOI DE TON PERE

Mon père est une personne rêveuse et constante. Il y beaucoup de choses à dire. C’est une personne qui m’a inculqué le fait de penser, le discernement. Le plus important qu’il m’ait enseigné est de sortir du troupeau de moutons. Il m’a enseigné beaucoup de choses car c’était une personne très intellectuelle, mais le plus important c’est cela. Il nous a rendues, pas différentes, mais nous a incitées à sortir des sentiers battus, sortir du vulgaire.

QUI S'EST OCCUPE DE TOI QUAND TU ETAIS ENFANT ?

Mon père, ma mère, mes frères et sœurs, ma grand-mère et la sœur de ma grand-mère. Ce sont les personnes que je considère comme le noyau dur de mon enfance. 

 

Dans cette enfance, quelqu’un a-t-il eu un rôle prépondérant, ou as-tu des événements qui t’ont marquée ? 

 

Mes parents et ma grand-mère ont été prépondérants.  Les événements qui m’ont marquée. Quand nous avions 4-5 ans, nous avons déménagé à la campagne, à une heure d’une petite ville. On est passés d’une vie normale en ville, à une ambiance totalement à la campagne, isolés. On n’est plus allés à l’école pendant cinq ans. On a continué à recevoir une instruction. C’est quelque chose qui m’a marquée.

 

Qui faisait votre instruction ? 

Mon père, ma mère et mes sœurs. Mon père c’était plus l’instruction. Ma mère nous apprenait d’autres choses comme l’alimentation, la lecture, les animaux. Nous avions beaucoup d’animaux. Mon père c’était plus les classes. C’était bizarre, mais c’était comme ça.

Tu as parlé de tes sœurs et de leur rôle important durant ton enfance. Peux-tu aussi me dire trois choses à propos d’elles ? 

Elles m’ont enseignée pratiquement tout sur la vie, comme des modèles. C’était aussi des amies parce qu’on était tellement isolés du reste de la société. Un peu plus tard, au fur et à mesure que j’ai grandi, elles sont restées des personnes très importantes. On a parlé de tout. On a vécu beaucoup de choses ensemble. On a vécu avec elles dans des circonstances un peu spéciales, très isolées pendant cette période de ma vie. On avait une relation un peu fusionnelle qui est devenue avec l’âge un relation plus classique entre sœurs.

 

Le sentiment que j’ai en t’entendant, c’est que ce sont des sœurs ainées.

J’ai deux sœurs plus âgées, une sœur cadette et un frère plus jeune. Mes sœurs ainées étaient mon modèle, au moins jusqu’à mes quinze ans. La plus petite, est ma copine la plus proche. Mon petit frère c’est encore autre chose. Il est plus petit et j’ai vécu des choses totalement différentes avec lui.

EST-CE QUE TU TE SOUVIENS D'UN MOMENT OU TU T'ES SENTIE SPECIALE DANS LES YEUX DE QUELQ'UN ?

Par exemple, ma grand-tante, la sœur de ma grand-mère. Ma mère a été orpheline de son père à l’âge de sept ans. Ma grand-tante a été l’appui principal de ma mère. C’est comme si j’avais eu deux grands-mères. C’était une personne merveilleuse. Elle nous adorait toutes, mais j’étais très spéciale pour elle. Elle me faisait sentir très spéciale parce que j’étais très aimée et très chouchoutée par elle. Evidemment, mes parents aussi m’ont fait me sentir très spéciale, mais elle m’a marquée en particulier. Elle m’a fait des confessions, des choses très spéciales.

Est-ce un sentiment général, ou y a-t-il des événements ou anecdotes qui illustrent ça ? 

C’est un sentiment général, au moins jusqu’à mes 10 ans plus ou moins. A partir de cette époque-là, il commence à y avoir des ruptures dans ma vie. Il y avait toujours entre les sœurs, des différences flagrantes. Ce qu’elle sentait pour moi était différent. Elle m’appelait la plus belle, elle m’invitait tout le temps chez elle. J’étais toujours dans son esprit. 

Grandir   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

QUI T'A AIDEE A GRANDIR ?

C’est une question vraiment difficile. Dans mon cas, c’est plutôt la vie en elle-même qui m’a aidée à grandir. Je considère que j’ai mûri à chaque fois que j’ai traversé des expériences particulières dans ma vie. J’ai trouvé autour de moi des personnes qui m’ont soutenue, des familiers, des amis, des gens du travail. Je crois que j’ai vraiment eu de la chance de ce point de vue-là. Mais ce qui m’a fait me sentir une personne adulte et complète, ce sont des facteurs externes.

QUAND ES-TU DEVENUE ADULTE ?

Depuis peu. J’ai toujours voulu être adulte, je le reconnais. Quand j’avais des sœurs aînées, j’ai toujours voulu être adulte. Et en plus, je vais raconter quelque chose de négatif, mes parents étaient très focalisés sur la responsabilité dans notre famille. Donc, d’un côté, je voulais être adulte, de l’autre nos parents nous traitaient comme des petites filles. Ca faisait en sorte que je voulais grandir. Je sens que j’ai joué un rôle d’adulte depuis assez jeune et même, très tôt dans mon adolescence.

 

Mais depuis quand est-ce que je me sens adulte ? J’ai quarante ans. Je me sens adulte avec des problèmes résolus à l’intérieur de moi-même… quatre ou cinq ans, cinq-six ans peut-être. A partir de là j’ai senti que j’avais trouvé un équilibre, même si on peut toujours améliorer, trouver un équilibre plus parfait. C’est un peu tard. Heureusement, on a toujours une part d’enfant en nous-mêmes.

QUAND AS-TU ENCORE ENVIE D'ETRE UNE ENFANT ?

Principalement, j’ai du mal à tenir mes engagements envers moi-même. Par exemple mes objectifs, respecter mon idéal, ce que je veux faire. Vaincre ma paresse. C’est mon pire défaut.

ENTRE ETRE AUTONOME ET QUE QUELQU'UN S'OCCUPE DE TOI...

Autonome à 100%.

QU'EST-CE QUI TE REND BELLE?

Toutes les personnes sont belles. Les critères de beauté qu’il y a actuellement sont terribles. Il me semble que, ça peut ressembler à un cliché, la beauté est intrinsèque et se manifeste au travers de l’expression de la personne.

Et qu’est-ce qui me rend belle moi ? Je ne sais pas, c’est les autres qui le diront. Pour moi c’est une valeur fondamentale que la beauté s’appuie sur la spontanéité et la joie de vivre. Je crois que la personne qu’on a en face apprécie toujours ces deux qualités.

Les amis   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

 

SI ON DEMANDE A TROIS AMIS DE DESIGNER UN OBJET QUI TE REPRESENTE?

Qui me représentent moi ? C’est difficile.

Mon téléphone portable. Je l’aime et il me maintient en contact avec mon réseau et il me connecte à Internet. Pour moi c’est fondamental dans ma vie. D’autres choses matérielles… c’est difficile.

Je pense que c’est difficile parce, du fait de ma façon d’être, j’ai du mal à me représenter comme ça. Je pourrais te dire par exemple, si je me sens représentée par mon animal domestique, par ma ville, par quelque chose que je fais. Mais je n’ai pas de voiture, ma maison est louée, le parfum que j’utilise m’est assez égal, dès lors c’est un peu difficile de m’identifier à quoi que ce soit de matériel.

 

Ma tasse de café pourrait aussi me représenter. Mon mobile, c’est la bibliothèque qui me suit à n’importe quel endroit. Mes chaussures aussi. J’aime beaucoup marcher et je me sens heureuse quand je marche. Je mets de moins en moins de talons, même si je suis petite. Des chaussures, oui, des chaussures confortables. Pour pouvoir marcher et traverser la ville. Oui, j’adore ça. Je sors beaucoup marcher avec mon chien.

La vie   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

QU'EST-CE QUI EST DUR QUAND TU TE LEVES LE MATIN ?

J’ai une espèce de contradiction. Je déteste me lever trop tard. Me lever à 10h, j’ai l’impression d’avoir perdu la matinée. D’un autre côté, j’aime beaucoup dormir aussi. C’est difficile pour moi, mais c’est quelque chose que j’ai intériorisé. Au final, je crois que je préfère me lever tôt le matin et être réveillée que profiter de la grasse matinée. C’est un moment de la journée que j’adore. Le café, le soleil, voir les journaux.

QU'EST-CE QUI TE FAIT SOURIRE LA JOURNEE ?

Beaucoup de choses. Pour moi l’humour est fondamental. Ce qui me fait sourire, c’est plutôt des situations différentes avec mon conjoint, avec mes parents. Une belle image de la ville, mon chien, mes enfants, la nature. L’humour en général avec les personnes. Ce genre de choses.

Et dans les interactions avec les autres, quels sont les moments qui te font rire ou sourire ? Je pense qu’il y a moyen de rire de presque tout. J’ai appris qu’il est important de savoir rire de soi. Et dans les situations de stress intense, dans des situations tendues, il faut les transformer et trouver ce qu’il y a de drôle dans la situation, tout le temps. Pour moi c’est comme un rituel. Le côté ludique de la vie est fondamental. Cela permet de relativiser les choses, et quand on est très stressé cela permet de devenir un peu plus léger.

QUELLE EST LA DERNIERE FOIS OU TU AS SAUVE LE MONDE ?

Je pense, et le dis en toute humilité, tous les jours. Le monde, même s’il est très injuste, il est fait de personnes. Il ne s’agit pas du fait que le monde soit mauvais, ou que les personnes soient mauvaises, mais du fait que ce sont nous-mêmes, les personnes, qui devons apporter des choses et changer beaucoup de choses pour apporter les améliorations que nous désirons tous.

 

Il est très important que dans tous les faits et gestes quotidiens, nous devons mettre cette intention. Si à chaque instant de ta vie tu es un peu plus conscient et que tu mets une intention positive dans tous tes faits et gestes, je pense que c’est là que l’on est en train de construire et de changer les choses. Dans ma vie, je ne pense pas qu’il y ait eu des situations héroïques en tant que telles. Il y a des personnes qui ont peut-être des actions héroïques importantes ; ce n’est pas mon cas.

Prendre soin   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

 

QUI PREND SOIN DE TOI?

Mon mari, mes amis et ma famille.

DE QUI PRENDS-TU SOIN ?

Des mêmes personnes, je crois. C’est vraiment un cercle familial et les amis propres qui sont le noyau de cet échange ? Je crois que mes amis jouent un rôle fondamental.

QU'EST-CE QUI TE REND HEUREUSE QUAND TU AS FAIT QUELQUE CHOSE POUR QUELQU'UN ?

C’est une question difficile pour moi. Parfois, le plus important, c’est d’être consciente de ce besoin et d’avoir pu apporter quelque chose. J’ai souvent reçu de l’aide et souvent on est dans la situation où on ne sait pas d’où va venir cette aide. La situation c’est comme si quand tu donnes, tu reçois, mais ce n’est pas une correspondance automatique. Là par exemple, si je t’aide, tu ne vas pas nécessairement m’aider en retour. Ce qui me rend heureuse c’est de sentir que je fais partie de ce réseau, même si on ne reçoit pas nécessairement quelque chose en retour. C’est un réseau anonyme. Enlever sa propre importance dans l’aide que l’on dispense aux autres. Je trouve cela vraiment beau.

QUEST-CE QUI TE REND TRISTE ?

Je n’aime pas ce mot. Je ne dis pas que la frustration et la douleur n'existent pas, mais la tristesse en tant que telle est souvent une sorte d’auto-contemplation. Je pense que la tristesse, je la nommerais d’une autre manière. Je l’appellerais douleur ou frustration.

 

Ce qui me rend triste, principalement, c’est le manque d’empathie généralisé qu’il y a dans le monde. Il me semble que c’est quelque chose qui est véritablement en train de nous détruire. Le fait de voir que par exemple tu es bien et qu’il y a en face de toi quelqu’un dans une situation très difficile. Pas que ce soit professionnel. Je pense que c’est plutôt un travail personnel. Je veux dire surtout au niveau de l’injustice qu’il y a au niveau mondial. C’est ça et la corruption. Ce sont deux choses qui me provoquent de la douleur.

Dans tes interactions avec les autres, quand as-tu des regrets quand une interaction est finie ?

Par exemple, quand je sais que j’ai été agressive avec une certaine personne. Le manque d’empathie. C’est ce qui est pire. C’est très frustrant le manque d’empathie. Quand tu sens que tu n’arrives pas à transmettre le message que tu veux, ou alors que la personne en face n’est pas disposée à recevoir ce que tu veux. Quand il n’y a pas de compréhension mutuelle.

Le monde   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN QUI FAIT QUELQUE CHOSE DE BIEN DANS CE MONDE ?

Je pense qu’l y a beaucoup de personnes autour de moi qui font du bien. Par la famille, parce que ce sont de bons professionnels, ou les amis. Je connais une personne qui serait un peu le paradigme dans ce sens-là. C’est une personne que j’ai connue en 2000. Qui a une importance spéciale dans ma vie, dans ce chemin vers la maturité. Elle m’a aidée à faire ce chemin. C’est une personne très engagée dans tous les aspects de la société. Mais c’est une personne aussi qui m’a enseigné ce qu’il y a à l’intérieur d’une personne. Je ne voudrais pas dire que c’est quelque chose de spirituel, mais ça va dans ce sens-là.

S'IL Y AVAIT UN EVENEMENT QUE TU POUVAIS ANNULER ?

Je pense que tous les événements ont un sens. Je crois que ce qui se passe actuellement est le résultat de tout ce qui s’est passé au préalable. Qu’il faut continuer à améliorer tout. Je pense que changer le passé n’est pas possible, qu’il faut l’accepter, que c’est notre chemin.

Principalement, je changerais de choses dont je suis consciente que j’ai mal faites. Des erreurs que j’ai faites, envers d’autres personnes ou envers moi-même. La perte de temps, mon agressivité.

 

Au niveau mondial, je changerais le moment où le capitalisme s’est emparé de nos vies.

Y A-T-IL QUELQU'UN QUE TU AIDES ACTIVEMENT?

Je pense que « aider » est vraiment un grand mot. Peut-être change ma responsabilité ou ma contribution. Principalement ma famille.

Les rencontres que j’ai faites me font penser que les gens ont trois niveaux de cercles dont ils se préoccupent. Un cercle très proche que l’on voit au quotidien. Un deuxième cercle d’une appartenance ethnique ou culturelle, et un troisième cercle qui est au niveau d’une nation, d’un continent ou de l’humanité entière.  J’ai vu des personnes, très engagées au-delà de leur cercle primaire, au niveau de leur appartenance ethnique pour revendiquer, aider, dédier du temps pour des gens à qui ils s’associent. Et ce deuxième cercle, parfois est lié à une ville, à une langue, quelque chose dont on se sent proche. J’ai vu des personnes immigrées en Allemagne qui se sentent proches et qui veulent aider tous les autres immigrés de leur communauté.

 

Cela me provoque une certaine contradiction. Ce dont tu me parles, c’est de l’engagement. Je pense que tous les jours, nous aidons d’une manière ou d’une autre. Un exemple concret. Une famille avec des difficultés financières. Nous pouvons tous aider cette famille d’une manière ou d’une autre. Au travers d’une ONG, en donnant de l’argent nous-mêmes. Le plus important dans mon cas particulier, et je suis très engagée là-dessus, c’est le fait que ce soit le système en lui-même qui aide cette personne pour un idéal de justice, pas par charité mais par justice. Il me semble que la parole aide, et inclut de manière implicite le concept de la charité. Parce que l’on cherche aussi une satisfaction. Je pense que ce n’est pas de la justice. C’est chercher une satisfaction au travers d’une action qui nous fait nous sentir à l’aise, quelque chose de très louable, très joli, mais au final pas basé sur des valeurs humaines.

Aider à travers de petites actions, c’est ma famille, mes amis, à n’importe quel moment, avec de la compréhension, de l’amour, en aidant des personnes malades. Mon engagement principal c’est envers la société. Cela se manifeste au travers de la politique ou des actions sociales ou d’autres organismes.

Le futur   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

DANS TA VIE REVEE, DEMAIN, OU ES-TU ET QUE FAIS-TU ?

Il y a beaucoup de façons de répondre à cette question. Si je te réponds en partant de l’imaginaire, avec beaucoup d’imagination, je serais dans un monde très différent du monde actuel dans lequel ce qui nous motiverait, dans ce futur relativement proche, serait ces valeurs dont je parlais avant. La personne serait le centre du monde et ses besoins à tous les niveaux, c’est à dire la santé, les besoins émotionnels, culturels, ludiques… Nous travaillons tous dans cette optique pour compléter, et à partir de là, continuer à évoluer en tant qu’espèce humaine, en tant qu’humanité. Ca serait avec une grande imagination.

Maintenant, si on parle de moi, de manière concrète, ce serait moi en un peu plus vieille.

QUE FERAS-TU QUAND TU SERAS AGEE ?

J’espère pouvoir avancer dans la conquête de moi-même. Avec humilité, parvenir à être un paradigme en tant que personne, en partant de choses petites. Je n’ai pas l’intention de devenir une grande personne qui serait une vitrine pour le monde, mais à partir de mon entourage, être un paradigme, non pas de quelque chose de meilleur, mais de quelque chose de différent. Pour montrer comment faire face à la vie, ou vivre la vie. Un paradigme est une forme d’exemple, de manière quotidienne depuis la place qui est la mienne. Cela veut dire être capable de transformer les clichés qui nous entourent dans la vie quotidienne.

Pour finir   Famille & Enfance   Grandir    Les amis    La vie    Prendre soin    Le monde    Le futur    Pour finir

____________________________________________________________________________________________________

 

J’aimerais revenir sur le thème de la corruption que tu as évoqué dans ce qui te rend triste. Est-ce que je comprends bien que la manifestation de la corruption pour toi est le déséquilibre entre ce que l’on donne et ce que l’on prend ?

 

Oui, mais c’est aussi la perversion entre ce que l’on dit, ce que l’on établit, et ce que l’on fait d’autre part. Est-ce que c’est selon toi, un problème d’expression. On annonce quelque chose et l’on fait autre chose, ou bien qu’il n’y a pas d’intentions de contribution, mais qu’il y a seulement une intention de profiter. La deuxième. Faire les choses non pas pour une valeur qui est consensuelle, mais faire l’action pour un intérêt personnel, bien souvent un intérêt économique.

Comme malheureusement, la corruption est toujours présente à des niveaux plus ou moins importants, est-ce que tu as une idée ou une vision de pourquoi les gens se laissent tenter par la corruption, par cette appropriation démesurée ?

Je pense que tant qu’il y a de l’argent, il y a de la corruption, parce que tout le monde a un prix, et qu’en tant qu’humanité, il n’y a pas une conscience. Comme les besoins de l’humanité ne sont pas couverts, on vit comme dans une jungle dans laquelle on bataille pour satisfaire ses besoins. La corruption est totalement incrustée dans nos vies. Tout le monde n’exerce pas nécessairement de corruption au niveau étatique, mais il est très facile au niveau personnel, de devenir corrompu si on est mis dans une situation de besoin économique.

Dans les études sociologiques sur la distribution des ressources, on observe deux types de comportement. Il y chez les gens qui, voyant de la nourriture ou autres choses à leur disposition et à qui l'on demande de se servir, deux grands types de profils.  Il y a  ceux qui prennent un maximum pour eux. Ils maximisent ce qu’ils prennent tant que c'est acceptable par les autres. Et l’autre profil est ceux qui prennent juste ce dont ils ont besoin pour laisser aux autres un maximum pour qu’eux aussi aient ce dont ils ont besoin. Selon toi, qu’est ce qui fait basculer du 2 vers le 1 ? 

La conscience qu’il y a d’autres personnes, mais pas seulement. Je pense que le premier profil répond à l’instinct de nécessité qui est le résultat de nombreuses carences qu’ont ces personnes. Un besoin qui peut être le résultat de nombreuses carences, émotionnelle, culturelle, économique, en terme de valeurs aussi. Même si le premier comportement est répréhensible, il est fondé sur quelque chose d’intrinsèque de la personne. Même chez le corrompu, l’erreur se base sur quelque chose qui est intrinsèque à l’être humain, qu’il est possible de transcender, de changer. 

EST-CE QUE TU AS UN MESSAGE POUR QUI LIRA TON INTERVIEW ?

Personnellement, que ces personnes excusent mes erreurs et mes incohérences. Au niveau général, le plus important est que la personne commence dans l’être humain, il faut continuer à travailler pour être vraiment des êtres humains, pas des animaux.

 

Et je crois aussi qu’il est fondamental qu’on parvienne à dépasser le capitalisme, à réussir à parvenir, non pas à une pensée unique, mais à la réunion des différentes idéologies pour tendre vers la sagesse avec des idées différentes, des consensus universels. Et pour tendre vers la couverture et la satisfaction des besoins des personnes en général, de manière profonde, pas seulement sur les besoins matériels.

QU'AIMERAIS-TU QUE LES GENS RETIENNENT DE TON INTERVIEW ?

La même chose que ce que moi j’aimerais trouver dans les autres entretiens que je vois. J’aimerais retrouver un nouvel émerveillement dans les personnes, de manière anonyme. En tant qu’humanité, le fait de voir en une personne, sa propre humanité, son expérience intérieure, écouter l’autre. Dans chaque personne, il y a un monde entier. Connaître les personnes en profondeur. Pas ce qu’on voit d’elles de manière habituelle.

Merci

Haut de page